Dépression … météorologique

À l’heure des goûters de fin d’année et des après-midi jeu de société à l’école, les plus jeunes d’entre vous préparent certainement le spectacle de danse et apportent des fleurs à la maîtresse pour lui souhaiter un bon été. Pendant ce temps, les moins jeunes buchent l’itinéraire des vacances sur mappy.fr tout en ébauchant la liste des choses à ne pas oublier : la bouée gonflable en forme d’hippopotame rose (nostalgie…), le produit anti-moustique, les capsules au carotène pour préparer la peau au soleil et la biafine au cas où le plan se révèlerait défaillant (c’est du vécu aussi …). Le temps de compter jusqu’à 6 épreuves du BAC et il sera déjà grand temps d’acheter l’application iPhone « bison futé » pour suivre avec passion les points routes très colorés sur la route des vacances pendant que dans les maisons aux volets clos les magnétoscopes sont sûrement programmés pour enregistrer les épisodes inédits de « Plus belle la vie ».

Au même moment de l’autre côté de l’océan commence la migration saisonnière des retraités vers leur résidence d’été plus au Nord. Lourd de ses 40 degrés, l’air devient étouffant et les rues se désemplissent aux heures les plus chaudes. Après la fin de la saison de NBA, de NFL (National Football League pour les novices), de MLB (nom de code de la league de Baseball) et celle encore plus attendue de la série culte LOST, la saison des ouragans –qui a débuté le 1er juin sous un soleil narquois – va désormais tenir en haleine des millions d’habitants jusqu’au 30 Novembre, date officielle de la fin des turbulences climato-atmosphériques.

Orages, ô désespoir, ô mètres cubes de pluie… N’ai je donc pas assez prié pour un peu de répit ? Des averses diluviennes ? Du vent à faire plier les plus fiers des poteaux électriques ? Qu’à cela ne tienne, nous sommes armés. Réserves d’eau potable, crackers, pansements Bob l’éponge, chaussettes propres, réveil à piles, forteresse de cannettes de soupes,… Et désormais je vais arrêter de puiser dans nos réserves « ouragans » et laisser les boîtes de raviolis à la viande reconstituée pour d’éventuels repas romantiques éclairés aux bougies chauffe-plat que nous pourrions avoir à improviser à l’arrivée d’une bourrasque de vent un peu violente. Que celle qui n’a jamais rêvé de revivre une de ces après-midi passées à jouer à la dinette dans une cabane sous les draps qui sèchent me jette la première pierre pour avoir envie d’étendre une nappe à carreaux sur notre canapé …

Mais Eole n’a pas encore éternué et nous continuons à nous préparer. Ce matin j’ai enregistré dans mes sites favoris l’adresse du site du « National Hurricane Center » (le centre météorologique qui suit la formation et l’évolution des ouragans). Car cette année la saison s’annonce particulièrement intense selon les scientifiques basés dans le Colorado qui suivent les mouvements atmosphériques plus passionnément que les play-off de NBA.

Sur Lincoln Road à Miami Beach, les fashionistas ont troqué leurs stilettos pour des bottes en caoutchouc dessinées par de grands designers, version Burberry à talons collection printemps-été pluvieux 2010 ou santiags zébrées, chacune trouve chaussure à son pied.

Et bien avant que les ouragans n’aient commencé à se fâcher au-dessus de l’Atlantique, une liste des noms qui vont leur être attribués attend patiemment dans un tiroir. Alex, Bonnie, Colin, Danielle, Earl,… Un prénom masculin, un prénom féminin, et ainsi de suite : chacun aura son ouragan et la parité est ainsi respectée. Et plus loin au dessus d’autres océans, les ouragans Tiogo, Vongfong, Claudette attendent aussi d’être appelés.

Cependant le début de la saison n’aura certainement pas le succès escompté. **Breaking news** Les bulletins météo sont désormais éclipsés par l’annonce de la sortie du nouvel iPhone le 24 juin, phénomène surnaturel qu’aucun scientifique n’avait anticipé.  Et peu importe les alertes météos, les jeunes padawan du maître Steve ‘Jedi’ Jobs vont se presser dans les semaines à venir, armés de duvets et de Moutain Dew (un soda couleur vert alien) devant les Apple stores de l’Alabama jusqu’à l’état de Washington pour s’assurer d’être les premiers à tenir dans leurs bras le nouveau né d’Apple qui sonnera à plein poumons.

Après avoir été silencieuse pendant quelque temps, j’espère que vous ne m’en voudrez pas de revenir pour vous parler de la météo. Malgré le ton léger de cet article, l’inquiétude est grande ici de voir les ouragans pousser le pétrole très loin à l’intérieur des marais de Louisiane. Affaire à suivre. Et maintenant si vous le permettez je vais courir me cacher sous les draps car l’orage commence à gronder …

Pour les curieux :

http://www.nhc.noaa.gov/aboutnames.shtml

Publicités