« Intouchables » fait grincer des dents outre-atlantique

Poster officiel de The Intouchables distribué par la compagnie Weinstein

Intouchables sort prochainement aux Etats-Unis, distribué par la compagnie Weinstein. Si « The Artist » a eu le vent en poupe, « The Intouchables » n’a pas reçu le même accueil enthousiaste et élogieux.  Les américains en ont fait la critique sans courbettes ni ronds de jambes, fustigeant les clichés et platitudes qui ponctuent le film à leurs yeux. Les stéréotypes raciaux font grincer des dents de ce côté de l’atlantique. « Oups », « shocking! » Les regards accusateurs se multiplient et l’argument politico-racial est sur toutes les lèvres, et sous toutes les plumes. A.O. Scott du New York Times est d’avis que « le film mérite un accueil sceptique ». Il ajoute par ailleurs : « Le défilé tout au plus sympathique de stéréotypes parait plus rétrograde que libérateur. »

Ces critiques révèlent la réalité sous-jacente des divergences sociales et politiques qui existent de part et d’autre de l’atlantique dans la façon de traiter la question du racisme et des différences ethniques –ou raciales, pour employer un mot qui ne porte pas aux Etats Unis de connotation négative. La notion d’égalité, chère aux américains, est mise en parallèle avec la prétendue hiérarchie sociale de la société française contemporaine. Les américains ne se cachent pas cependant de leur histoire ségrégationniste, du « racisme à l’Oncle Tom », mais insistent sur le fait que cela appartient maintenant au passé, et que les clichés du film évoquent une forme d’intolérance et de servitude qu’ils ne sauraient cautionner. La question du racisme est posée, et les critiques restent divisés. Cette réflexion reflète une différence culturelle que l’on aurait tort de vouloir transformer en conflit idéologique. Il s’agit de pouvoir respecter l’histoire de chacun et d’en comprendre le sens dans le contexte de ce film. A chacun de s’en faire une idée !

Publicités