Barbies à vendre

Avertissement : article purement superficiel et 100% plastique. (N’y voyez là aucune métaphore politico-sociétale, je fait vraiment référence aux poupées en plastique, very sorry)

Barbie vivait dans un placard.Il y a 20 ans, j’avais 6 ans et demi et j’étais très probablement en train de jouer aux Barbies. Une maison aménagée sur trois étages d’un placard à l’intérieur duquel se tramaient des histoires plastico-dramatiques dignes de la série Dallas.

Barbie divorce. Depuis cette ère révolue des villas magiques –qui étaient bien plus grandes dans mes souvenirs –et  du camping-car rose bonbon, j’ai réalisé le drame qu’était la vie de Barbie, son divorce d’avec Ken il y a quelques années, et les controverses qui avaient précédé –Barbie était un peu raciste, sexiste, et même sado-masochiste à en juger par la tenue de catwoman créée spécialement pour elle par Louboutin, oui, celui des chaussures.

Barbie visite la statue de la liberté. Barbie est un symbole américain, et c’est peu dire, car elle a même été exposée à Ellis Island, aux pieds même de la très célèbre statue de la liberté pour célébrer les 30 ans des Barbies « tour du monde ». La Barbie française portait à cette occasion une tenue de french cancan, what else ?

Barbie Irlande a du mal à joindre les deux bouts. Mais aujourd’hui Barbie est soldée. La fin du succès ? Elle s’expose dans ma boîte email sur GILT, un site de vente en ligne de produits haut de gamme à prix (un peu) cassés. Entre sacs Michael Kors et robes Free People, les Barbies Argentine, Chine, Australie et Irlande sont en solde… Et interestingly enough Barbie USA est encore vendue au prix fort. Mais je m’abstiendrai de tout commentaire polémique, politique, psychologique, analytique, préférant rester complètement superficielle en cette belle journée sous le soleil de Miami. Qu’il est bon de se laisser aller à la superficialité. Vous laisserez-vous tenter, le temps d’une journée, d’une pause déjeuner, d’un épisode de Beverly Hills ou d’un feuilletage de people magazine ?! Faute avouée… à moitié pardonnée !

PS: Je n’ai plus 6 ans et demi depuis 20 ans et Barbie ne me fait plus du tout rêver…

Publicités