Un an, deux chats, et une machine à laver plus tard

photo(2)

photo(3)

Nos chats adorent se rouler dans le linge sale. Ils ne s’embarrassent pas de considérations chromatiques et se prélassent sur les vêtements blancs, noirs, rayés, décolorés, et pailletés qui forment des terrils dans la salle de bain.

Mais après une si longue absence je ne suis pas revenue vous conter les milles et unes lessives que j’ai enfournées dans la grande bouche du tambour de la machine à laver.

Il s’en est passé des choses depuis Mai dernier.

Nous sommes devenus propriétaire de deux chats, d’une maison, d’une pousse d’oranger, et d’une machine à laver, par ordre d’importance. J’ai été promue en deuxième année de doctorat malgré les remises en question existentielles aussi fréquentes et prévisibles que des caries dans la bouche d’un enfant gourmand. J’ai croisé Lebron James à Miami Beach, mais je n’ai aucun témoin crédible expert en sport pour confirmer mes dires. J’ai publié mon premier article en anglais. Nous avons repeint un mur (moi) et posé des étagères (mon amoureux sous mes applaudissements). Nous sommes allés nous dorer la pilule à St John mais c’est vraiment lors d’une escapade à Washington, DC que j’ai renoué avec mes racines nordiques, foulant du bout de mes bottes trop petites 0.5 centimètres de neige dans le parc devant la maison blanche, des restes bien décevants de la météo du week end précédent. Mon amoureux a défaut de pouvoir faire de l’avion (trop bruyant, trop cher, trop haut, trop remuant, trop pas le moment) s’est remis à l’aviron, troquant les courants d’air contre les ronds dans l’eau . J’ai acheté ma première montre depuis celle au cadran mickey du CP. J’ai tué 2 cactus, me suis découvert une allergie aux acariens, j’en passe et des meilleurs, oui, probablement les meilleurs d’ailleurs.

Bref, ALL IS GOOD. Et en cette soirée ensoleillée et heureuse d’un beau mois d’Avril, dans un grand élan nostalgique et optimiste, j’ai décidé de dérouiller ma plume et de venir à nouveau griffonner quelques mots sur le blog de temps en temps… entre deux lessives. En espérant vous y retrouver !

To be continued…

Publicités